“Sentir ou ne pas sentir”. Aglaé Nicolas

Dossier Olfaction & Emotions. Tribune de Paris

Aglaë Nicolas

Aglaé Nicolas, maître-parfumeur, a créé L’Atelier de Mademoiselle, une maison de parfum où ses valeurs d’éthique et de qualité guident le geste, sans compromis. Après avoir contribué à la création de « jus » pour de nombreuses maisons de parfum, elle s’est spécialisée dans l’expérience sensorielle et accompagne aussi bien les professionnels de la parfumerie que les entreprises. Avec pour ligne directrice, les nouvelles technologies liant intimement sensoriel, art, expérimentation et innovation et leur dessine des concepts multi-sensoriels uniques.

“Serait-ce plutôt sentir et ne pas ressentir ?
Quelle gageure de s’interroger sur l’impact du confinement sur un métier aussi sensoriel que celui de parfumeur. Cela reviendrait à s’interroger sur ce qu’est un parfumeur : Sommes-nous des techniciens, des chimistes, des artisans, des artistes ? Et bien, tout cela à la fois ! Il
suffit d’observer la charge émotionnelle de notre environnement dans notre travail pour comprendre que l’artiste est le guide. Puisque la génération spontanée n’existe pas – c’est prouvé scientifiquement, quid de l’inspiration ? L’émotion est partout, tout le temps. Tout est
source de lien. Je ressens, je relie, je compose, puis j’échange, je partage, je formalise pour arranger, conceptualiser, contextualiser.
Qui aurait la prétention d’affirmer que sa créativité provient de sa seule substantifique moelle ? Certainement pas l’ermite ! Autant la méditation révèle tout ce que l’âme – pas seulement l’esprit, a emmagasiné avec le temps, pour faire ressortir l’essence de la création – parce qu’il y a eu un avant, autant il est difficile pour l’être asocial – le mythe de l’enfant sauvage, de donner sens et pérennité à sa créativité.
A l’image du brassage chromosomique qui donne vie à un être unique au plein potentiel, le brassage culturel fait naître une immensité de possibilités.

And breathe

Cette stimulation des sens m’impose mes émotions, intenses. Sans l’autre, je suis aveugle, sourde, anosmique, hyposensible, agueusique. Les émotions que le parfum évoque sont les émotions que les sens
provoquent. Or sans sollicitation renouvelée, point d’émotion nouvelle. Aussi, pour l’artiste que je suis, aux sens aiguisés – pas seulement le sens moteur, le confinement a-t-il été en ce sens, une épreuve”.

https://latelierdemademoiselle.fr

Retrouvez les autres interviews du dossier Olfaction & Emotion ici.